Category

Travail

La face cachée du métier de rédacteur web

Posé sur un transat, en bord de mer à siroter un mojito, l’Apple Air sur les genoux… c’est bien ainsi que vous visualisez le quotidien du rédacteur web, n’est ce pas ?

2017, à l’heure du 2.0, les nomades digitaux n’ont jamais été si nombreux. Ultra sollicités, les consommateurs ne sont plus dupes face à la publicité dite classique. Et les entreprises l’ont bien compris. En quelques années, l’achat de mot clef a remplacé les encarts publicitaires, offrant la première place du podium au contenu. Le process d’achat à évolué, les consommateurs réalisent leur propre benchmark, fouille la toile, comparent, lisent les avis laissés par d’autres, etc. La machine internet est intraitable ! Le contenu est donc tout naturellement devenu l’un des premiers leviers de prospection.

Moi, c’est en 2016 que je suis entrée dans la danse. Après 15 mois à parcourir l’Asie du Sud Est avec mon sac à dos, j’ai crée La Ligne. Depuis toujours passionnée par les mots, il m’a semblé comme évident de tenter l’aventure du content marketing.

Mais entre rêve et réalité, j’ai vite déchanté !

TOUT LE MONDE NE PEUT PAS DEVENIR REDACTEUR WEB 

Entre plateformes généralistes Hopwork, Upwork et plateformes spécialisées Redactiweb et Redacteur pour ne citer qu’elles, les clients n’ont qu’à demander… des milliers de freelancers se battent pour les satisfaire. Métier idéalisé par beaucoup, les candidats se bousculent aux portillons. Apportant certes plus de choix aux clients, la concurrence si féroce tire le métier vers le bas : tant en terme de qualité du contenu que de rémunération.

Avoir un blog de voyage ou une page Facebook reprenant vos dernières créations culinaires ne fait pas de vous un rédacteur web. Et oui, écrire c’est bien, mais bien écrire c’est mieux !

Tout le monde ne peut pas devenir rédacteur web. Au delà des pré-requis d’usage que sont avoir une syntaxe et un orthographe impeccables, le rédacteur web se doit de maîtriser un minimum le SEO (Search Engine Optimisation). En effet, que serait un « bel » article s’il ne respecte pas les règles de référencement de Google ? Imaginez un théâtre sans spectateur… les comédiens ont beau avoir répété des heures et des heures pour offrir la meilleure des représentations, cela n’aura servi à rien.

LA PRECARITE DU METIER DE REDACTEUR WEB

Lorsque je me suis lancée dans l’aventure, je suis – comme tout le monde – allée voir ce qu’il se passait sur le net… et je n’ai pas été déçue !

A chaque brief de mission, des centaines voire des milliers de candidatures; où chacun tente tant bien que mal de convaincre le client de sa plus value. C’est tout à fait normal et compréhensible me direz-vous. Je vous l’accorde ! Toutefois, mon éthique professionnelle m’a toujours amenée à valoriser la qualité de mon travail et non minimiser ma proposition commerciale. 0,01 centimes d’€ le mot soit un article de 500 mots payé 5€, vous trouvez cela normal ?

Les articles réalisés vont servir la visibilité du client et à terme lui apporter du business. Il s’agit d’un investissement sur du long terme, alors comment justifier un coût d’achat si faible ? Et ce n’est pas là la seule faille. Certaines plateformes n’hésitent pas à « bloquer » vos paiements tant que vous n’avez pas atteint un certain palier sous prétexte de minimiser les frais bancaires. Rédacteur web professionnels, nous sommes les premiers à subir les frais de virement internationaux appliqués par nos banques; mais je ne peux me soumettre à l’idée de devoir batailler pour écrire d’autres articles afin de toucher de l’argent qui m’est dû.

Souvent sans aucun statut social, les freelancers luttent chaque mois pour s’assurer des revenus réguliers… et oui, cela coûte cher les mojitos !

Petite anecdote en passant. J’ai un jour répondu à une annonce. Une rédactrice web qui ne pouvait assurer la quantité de demandes reçues, cherchait un autre rédacteur web pour sous-traiter une partie de son travail. Devenir le nègre d’un nègre, c’est un peu le monde a l’envers ! J’ai tout de même pris contact avec elle et accepter de réaliser un article test pour « juger » de mes compétences littéraires. Ne recevant que des éloges sur cet article, nous avons décidé d’entamer une collaboration à long terme qui débuterait par la commande de deux articles. Une fois écrits et livrés, ma patte qui lui plaisait tant est devenue un problème, ma tonalité qui correspondait à ce qu’elle cherchait ne lui correspondait plus, mes sources qui étaient pourtant bien trouvées n’étaient plus en phase avec le sujet,… Résultat : je n’ai rien touché pour la rédaction de cette commande bien que cette personne ait reçu deux articles qu’elle a pu revendre à son client final.

Le monde de la rédaction web est parfois un monde de requin.

Il ne s’agit là évidemment que d’un événement et loin de moi l’envie de généraliser, mais il n’est pas exclu que cette personne réitère chaque mois son petit manège tant le marché est saturé.

Puis un jour alors que j’allais clairement baisser les bras, j’ai été contacté par Leadnovation.

LEADNOVATION – L’HUMAIN AU CENTRE DU BUSINESS MODEL

Arborant fièrement une tête d’indien pour logo, cette agence spécialisée dans la création de contenu est en constante recherche de nouvelles plumes.

Positionnée sur le segment B2B, Leadnovation réalise de vrais articles de blog – 1 500 mots – et promet à ses clients une rentabilité dés le premier article.

Après plusieurs contacts téléphoniques et skype avec la responsable de la Tribu, j’ai accepté de réaliser un premier test non rémunéré.

Mais cette fois, ce n’était pas du pipeau !
Cela fait maintenant quatre mois que j’écris pour Leadnovation. J’ai à ma charge deux clients pour lesquels je rédige chaque mois respectivement 3 et 2 articles et m’assure donc la sécurité de l’emploi sans perdre ma liberté d’action. Je prends connaissance à l’avance des sujets à traiter,  peux organiser mon temps comme je le souhaite et suis en contact direct avec l’équipe en cas de besoin. Elle est pas belle la vie ?

Alors à tous ceux qui souhaiterait devenir rédacteur web, ne perdez pas espoir. Que ce soit pour Leadnovation ou d’autres, le web n’a pas perdu toute son humanité. Rédacteur web est un métier passionnant pour qui aime manier notre belle langue. Qui plus est, métier qui ne va pas disparaître de si tôt.

Ne pas baissez son pantalon pour gagner des projets c’est aussi respecter la valeur de son travail.

Heureusement ça aussi, certaines entreprises l’ont bien compris.

Prenez la pause

Depuis quand ne vous êtes-vous pas arrêtés pour faire une pause? Je vous parle d’une vraie pause. Pas aller faire du sport pour se dépenser, pas aller voir une exposition pour se cultiver, pas retrouver des amis pour s’amuser ou apéroter, etc. Je vous parle d’une véritable pause, un moment de « creux » dans votre journée, qui ne sert à rien excepté s’arrêter, ralentir, prendre le temps, respirer, se relâcher….

Je me posais cette question me balançant sur mon hamac… à ne rien faire; observant la vie de la rue, l’activité dehors, me confirmant que « elle est pas dég ma vie quand-même« . Ici, au Laos, on berce les enfants dans un hamac pour les endormir. Pourquoi se casser le dos en les portant? Il est vrai aussi, me direz-vous, les maisons s’y prêtent beaucoup plus. Donc avis aux plus cartésiens, je ne me m’interroge pas sur l’utilisation ou non du hamac, mais bien sur notre incapacité à nous arrêter.

Combien de touristes ai-je croisé avec un planning, un programme de visites, pour ne rien louper du pays? Mais à quoi sert-il de prendre des vacances si l’on ramène notre rythme de vie avec nous, si les 300 mails à traiter sont remplacés par 2h à checker un guide, si le réveil à 6h30 pour aller travailler est remplacé par un autre pour aller prendre le premier bus,… Ne vous méprenez pas, je ne porte aucun jugement sur cette façon de voyager, ils voient certainement bien plus de « choses » que moi. Mais une fois, juste une fois, arrêtez-vous, arrêtez tout ! Vous là, qui lisez ces quelques lignes, c’est le mois d’aout, la France dort alors où que vous soyez, arrêtez tout maintenant. Posez votre stylo, mettez votre téléphone en silencieux, fermez la porte de votre bureau et pausez-vous… 2 minutes juste 2 minutes, inspirez et expirez lentement, recommencez. Jusqu’à vous sentir détendu. Pas facile n’est ce pas?

Cela peut paraître surprenant, mais notre respiration habituelle n’est pas toujours la plus efficace puisqu’elle ne remplit nos poumons d’air qu’à moitié. Prendre de longues et grosses bouffées d’air, en ayant pleinement conscience de notre souffle, mobilise entièrement nos poumons et notre diaphragme. Respirer profondément plusieurs fois au cours de la journée peut nous aider à être plus concentré, à réduire notre stress et à améliorer notre circulation sanguine.

Alors, faites une pause, ne serait-ce que quelques minutes par jour !