Des mots à ego

J’ai toujours aimé les mots, des mots pour se défendre, des mots pour attaquer, des mots pour dire qu’on aime, des mots qui vont droit au coeur, des mots pour se raconter des histoires… Ces histoires qu’on se raconte et qui – petit à petit – deviennent réalité puis identité. Des mots à égo il n’y a que quelques lettres.

Ne vous-êtes vous jamais posé la question de votre propre identité ?

Nous en avons la certitude, nous existons indépendamment de notre profession, de notre apparence, de notre statut social, de notre intellect, du regard des autres,… Mais alors pourquoi attache t-on autant d’importance à soigner notre image ? Pourquoi cherche t-on toujours à être apprécié des autres ? Pourquoi voulons-nous gravir les échelons sociaux ? Pourquoi nous sentons-nous parfois en danger face à plus brillant que nous ?

Lorsqu’il y a trois ans maintenant, j’ai décidé de tout “foutre en l’air”, j’avais tout pour être heureuse : un appart agréable, un job à responsabilité et bien rémunéré, un groupe d’amis super… et pourtant. Pourtant, il me manquait quelque chose.

Je ne savais pas qui j’étais, alors comment pouvais-je exister pleinement ? Lao-tseu disait “Celui qui meurt sans cesse d’être a acquis l’immortalité”. J’ai tué ce que j’étais pour tenter de vivre qui je suis. Il n’était pas question de vivre reclus de toute société de consommation. Le problème n’est pas de posséder, mais de devenir ce que l’on possède. Il n’était pas question de fuir toute ambition. Le problème n’est pas d’avoir envie de réussir, mais de vivre l’échec comme une attaque de sa propre identité. Il n’était pas question de se laisser aller. Le problème n’est pas de prendre soin de soi, mais de s’oublier dans le regard des autres … on pourrait continuer ainsi pendant des heures.

Je ne sais toujours pas vraiment qui je suis, mais je sais ce que je ne suis pas. J’accepte d’être moi, avec mes défauts, mes qualités, ma complexité, mon étrangeté, mes manques, mes blessures… n’est-ce pas là la clé du bonheur ? Commencer par s’aimer !

Vous vous rappelez certainement des mots laissés par Jesus “aime ton prochain”. En réalité, le second commandement dans son intégralité était “Aime ton prochain comme toi-même”. Valorisant la compétition, notre société occidentale repose sur une construction de soi face à l’autre.

 

Alors, IL Y A URGENCE A S’AIMER : utilisez les mots, les mots pour dire que vous vous aimez, les mots qui vous vont droit au coeur, les mots pour vous raconter une histoire… celle-la même qui – petit à petit – deviendra votre réalité puis votre identité.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.