Souvenons-nous !

13 novembre 2017 – triste date qui nous rappelle que la haine n’est jamais très loin.

2 ans que les coups ont retenti; 2 ans que cette salle mythique – fleuron de la culture française – se transformait en champ de tirs: 2 ans que nous pleurions nos disparus. 2 ans c’est peu et beaucoup à la fois. 1 570 naissances, 340 910 minutes de sommeil en moyenne, 8 millions de copies du Bac à corriger. 2 ans c’est avant toute chose 730 jours.

Que reste-t’il ? Qu’avons-nous fait de ces 730 journées ? Qu’avons-nous changé de nos habitudes depuis ce triste jour du 13 novembre 2015 ? Rien, peu, tout… il n’y a pas de bonne réponse. Nous n’avons pas fléchi devant l’attaquant et avons continué à aller au resto, à sortir, à draguer, à baiser… à vivre en d’autres termes !

Que reste-t’il ? Qu’avons-nous fait de l’esprit de cohésion né de cette tragédie ? A l’image de la vague d’amour né des rassemblements “Je suis Charlie” en réponse à l’attentat du 7 janvier contre le journal satirique Charlie Hebdo …

Que reste-t’il ?
– Des élections présidentielles où le FN titille le pouvoir en France
– L’entrée du parti Nazi au parlement Allemand
– Les homosexuels persécutés en Tchétchénie
– La crise des migrants qui se fait le reflet d’une Europe très loin de son étendard de continent des droits de l’Homme
– Etc

Alors que l’Espagne est restée éveillée pendant des mois, nous n’avons pas passé beaucoup de Nuits Debouts ! Mais tout n’est pas perdu. Nous ne sommes pas morts alors aux armes citoyens, ou plutôt aux bisous citoyens. Blacks, blancs, beurs, musulmans, cathos, juifs, bouddhistes, athées, homos, hétéros, nous vivons ensemble et c’est de là que vient notre force.

A l’étranger depuis bientôt 3 ans, je vous le dis… notre force vient de notre diversité. Notre pays est coloré de ses habitants, vivant de ses traditions, connu et reconnu internationalement pour sa cuisine, sa mode, son architecture et j’en passe.

Ce qu’il reste … Un devoir de mémoire ! Se souvenir c’est pardonner à ceux qui se sont perdus dans la haine au nom d’un dieu – quelque soit le nom qu’on lui donne – qui ne cautionnerait pas ça; se souvenir c’est parfois se soulever; mais se souvenir c’est aussi parfois accepter; se souvenir c’est garder le coeur ouvert à l’autre malgré nos différences; se souvenir c’est toujours continuer à avancer; se souvenir c’est se rappeler que la vie est courte et qu’il faut la vivre à fond !

Alors dans tout ça, il nous reste les sourires, les bisous, la joie, l’amour, la recherche du bonheur et LA PAIX… n’est-ce pas finalement ce qu’auraient souhaité les 130 personnes qui nous ont quittées il y a 2 ans ?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.